Aujourd’hui il y a une nécessité d’inclure la diaspora dans le processus de la mise en place des politiques de développement en Mauritanie. Nous avons fort heureusement un potentiel énorme composés de jeunes très qualifiés dans quasiment  tous les domaines aussi bien l’intérieur de la Mauritanie qu’à l’étranger : Médecine, Sciences, Management, Consulting, Communication, Journalisme.

Cette fois ci, Nous aimerions attiré votre attention sur nos ressources humaines se trouvant hors de nos frontières dans les quatre coins du monde. Nous ne pouvons plus continuer à passer à côté de cette opportunité que représente le savoir-faire des mauritaniens vivants à l’étranger  qui ne demande qu’à mettre leurs expériences au profit de leurs pays.

Voici  cinq bonnes raisons de faire appel l’expertise de la diaspora :

  1. Ils ont une vision différente, ils osent !

Il n y a plus de doute que voyager donne « des ailes »  une nouvelle vision du monde, de l’expérience, une manière de voir et de concevoir. Ceux ou celles qui voyagent observent et comprennent très bien les enjeux et les défis qui les attendent, ils peuvent se faire rapidement une idée des diverses choses qui manquent à leur pays et s’atteler à trouver une solution. Je vais vous donner un exemple très concret : En 2002, Actume (Association pour la lutte contre la tuberculose et les maladies endémiques)  www.actume.org a vu le jour en France. Aujourd’hui, cette association composée de plusieurs mauritaniens de la Diaspora arrive à mobiliser des professionnels de santé pour organiser annuellement des caravanes de santé au profit des habitants du Trarza (Tekane, Oumoul ghoura, Ghani..). Grace à leur expertise, ils parviennent à mobiliser des ressources humaines, financières en vue de sensibiliser de soigner et de distribuer des médicaments. Ainsi, ils contribuent d’une manière conséquente à l’amélioration des conditions de vies des populations et leur accès aux soins.

2. Ils ont l’audace d’entreprendre

Plus personne ne conteste aujourd’hui la hausse vertigineuse du chômage en Mauritanie. Le phénomène dépasse la barre hallucinante des  30 % pour une population estimée à environ 4 millions d’habitants et dont plus de la moitié a entre 20 et 30 ans. Ainsi, le développement de la culture d’entreprendre devient l’unique alternative pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Or pour entreprendre, les jeunes ont besoin de modèle, des exemples de success story (des entrepreneurs ou des entreprises qui réussissent) pour avoir confiance en eux et se lancer. J’aime bien donner cet exemple pour illustrer mes propos. Il s’agit de Seiv Mouhidine, jeune Etudiant à l’école centrale de Paris, fondateur de la Start up riminder. Au mois d’Aout passé, avec son association Mauritanienne des Grandes Ecoles, il nous a fait vivre  un grand moment de l’entreprenariat au Palais des Congrès à travers l’organisation du Wikistage Mauritanie. Un événement qui a réuni plus de 800 participants et des experts internationaux, pour discuter et échanger sur diverses thématiques et des perspectives liées à l’entreprenariat des jeunes. Il y’a également  l’ingénieur mauritanien, Mamadou Niang fondateur de IT ROOTS Mauritanie, une grande société de service en ingénierie informatique qui conçoit aussi bien des sites web performant que des logiciels de gestion administrative des établissements scolaire. Ces exemples ne sont qu’une infime partie visible de l’iceberg du potentiel  de jeunes 2.0 que nous avons à l’étranger.

3. Ils sont nos véritables ambassadeurs !

Depuis quelques années suites aux événements tragiques d’Aleg ou des français ont été tués, l’image de notre pays a pris un coup dure. Conséquence, le tourisme a considérable chuté, le Rallye – Dakar s’est « exilé » il  se fait désormais  en Amérique latine, ce qui constitue une hémorragie financière inestimable, si l’on sait les retombés économiques dont bénéficiaient les populations autour des circuits de cette course.  Aujourd’hui, les mots qui reviennent le plus souvent dans les médias occidentaux quand il s’agit de l’Afrique subsaharienne ce sont : Insécurité, Aqmi, Otage ou encore Eblola… ce qui écorchent et affectent à la fois l’image de notre pays. C’est dans ce contexte que la diaspora peut constituer l’unique canal pour favoriser à nouveau le rayonnement de la destination Mauritanie, riche de ses divers sites touristiques et de son hospitalité légendaire. Mais pour ce faire , nous devons mettre en place des moyens leur permettant d’atteindre cet objectif.

4. Ils sont des acteurs économiques incontournables

L’impact économique de la diaspora dans les économies de leurs  pays d’origine a été mis en exergue par des études très récentes de la Banque mondiale. Celles-ci montrent que les fonds que transfèrent les émigrés dans leur pays doublent l’aide publique au développement que ces derniers reçoivent annuellement. Cet impact se manifeste à travers le soutien financier aux familles restées au pays, la construction des écoles, des médiathèques et des centres de santé … dans plusieurs localités à l’intérieur du pays. A titre d’exemple, l’association Rivages Ndiawane, basée en France a financé entièrement la construction d’une médiathèque équipée d’ordinateurs et de livres pour la commune de tékane (Trarza).  Cette situation fait de facto les mauritaniens la diaspora des acteurs économiques et des bailleurs indispensables voire même incontournable pour le développement du pays. Il ne suffit pas seulement de s’en réjouir et de le souligner dans les rapports annuels mais il faut que l’Etat mette en place des structures solides et sérieuses favorisant la réalisation et le suivi de leurs projets et de leurs investissements au sein du pays.

5. L’avenir c’est l’Afrique !

C’est devenu presque un slogan, l’Afrique affiche aujourd’hui des taux de croissance « insolente » à deux chiffres pendant que certains pays développés peinent à trouver 1% de croissance par an. Les grandes multinationales européennes, américaines s’implantent à grande vitesse en Afrique pour bénéficier des énormes  parts de marchés, des ressources naturelles du continent africain. Heureusement, nous avons des compatriotes très talentueux à l’étranger.  Nous pouvons faire appel à leur expertise à chaque fois que le besoin se manifeste pour le pays. Il ne s’agit pas de rentrer dans une sorte de cloisonnement à l’instar de la Corée du nord ou de pratiquer un protectionnisme étouffant mais simplement de prôner une politique d’incitation « au patriotisme économique ». L’actualité montre aujourd’hui que nous sommes en train de brader des milliers d’hectares de terres cultivables de la vallée au profit des Saoudiens. Or nous savons qu’une bonne politique économique à l’encontre de la Diaspora aurait permis aux mauritaniens de l’étrangers  à travers divers partenariats  d’y investir et de bénéficier des retombés économiques de cette espace. Cela permettra d’avoir un véritable écosystème économique interne et par la même occasion limitera les fuites de cerveau, créera de la richesse de l’emploi et enfin nous donnera une indépendance en terme de compétences techniques dans divers secteurs.

La liste est encore longue, nous pouvons citer d’autres raisons supplémentaires d’inclure d’avantage la diaspora dans le processus de développement de nos pays. Aujourd’hui, certains pays étudient sérieusement le sujet en vue d’atteindre une émergence plus  inclusive. La Mauritanie ne doit pas être en reste sur ces enjeux. Les décideurs politiques doivent se pencher sur ces questions cruciales en vue d’atteindre l’émergence.

  • Mohamed Djigo (Nouakchott- Mauritanie) Spécialiste en Commerce International avec les Pays Emergents – djigomed@gmail.com
  • Binta Baba Sy (Lima – Pérou) Spécialiste en Droit foncier de l’Afrique de l’Ouest – Binta42000@gmail.com

Lire l’article sur cridem : ici