La tuberculose dans toutes ses formes, notamment celles multi ultra résistante aux médicaments, constituent un véritable problème de santé publique en Mauritanie avec un taux d'infection estimé à 149 cas pour 1000 habitants, soit l'incidence la plus élevée de la région ouest africaine, a appris APA, dimanche, de sources officielles à Nouakchott.

Dans le milieu sanitaire, cette situation s'explique par l'incidence de la pauvreté, le manque d'hygiène, un faible niveau de détection et à certaines conations socio culturelles spécifiques empêchant les malades de divulguer leur infection.

Le tiers des malades de ce pays dont 46% sont pauvres ne se signalent plus après le traitement de première intention. Selon l'OMS, la région africaine compte 25% des cas de tuberculose, et que seuls 60% des cas existants sont dépistés et la tuberculose tue plus de 250.000 personnes par an.

L'organisation précise également que la moitié de tous les patients de la région africaine sont infectés par le sida et seuls 42% d'entre eux ont accès à la thérapie antirétrovirale.

En Mauritanie 25.000 personnes vivant avec le sida sont prise en charge par les services médicaux.

Source : www.cridem.org