oumar identitePortrait d'Oumar KANE
Magazine Courbevoie Asso - septembre-décembre 2013 - P.13.

« C’est pour informer et soutenir les malades de la tuberlucose que j’ai créé Actume en 2002 », explique Oumar Kane, qui était à l’époque un jeune étudiant mauritanien à Bordeaux. Touché par la forme la plus grave de la maladie, la tuberculose osseuse, Oumar a eu un mal fou à l’époque à trouver des réponses à ses questions…

« La tuberculose est une maladie que les gens connaissent de nom, mais c’est tout. En créant Actume, j’ai souhaité offrir un point d’informations et d’échanges pour les malades et leurs familles ». Aujourd’hui, Oumar est guéri, mais il a perdu l’usage de sa main droite. Après un traitement très long, il vit aujourd’hui à Courbevoie avec sa femme et ses trois enfants. Il travaille chez IBM comme responsable projet communication.

EN FRANCE ET EN MAURITANIE

Titulaire entre autres d’un DEA en sciences de la communication et de l’information et un DESS en Informatique Documentaire, il partage son temps entre sa famille, son travail et son association, à laquelle il consacre beaucoup de son temps libre. Aidé par les 43 membres de l’association, tous bénévoles, il s’efforce de répondre au mieux aux personnes qui le contactent, en les orientant vers les organismes de prise en charge les plus compétents dans leur région.

« Nous avons une antenne en Mauritanie, où ce fléau sévit également. Que ce soit ici ou là-bas, le message est le même : il faut aller au bout du traitement ! Trop souvent, les malades sont abandonnés par leur famille, alors qu’ils ont au contraire besoin du soutien de leurs proches pour guérir ». Mobilisé chaque 24 mars pour la journée mondiale de la tuberculose, Oumar Kane anime toute l’année des conférences pour promouvoir les actions de l’association.

=====>>>Téléchargez : Courbevoie Asso

Contact
Association contre la tuberculose et les maladies endémiques (ACTUME)

3e samedi du mois de 10 h à 12 h
Vie associative – espace Gaultier

Téléphone : 06 68 71 02 72
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


A savoir plus :